Contact : 
hello@quentindemeuter.eu
Site : 
www.quentindm.com
Facebook : 
https://www.facebook.com/quentindmcom/
Quentin De Meuter
1984
Web project manager
&                 
Photographe freelance

Petite présentation d’usage :
Passionné par la réalisation de portraits créatifs, j’essaye de créer mon propre univers influencé par les films et la musique. Je travaille presque exclusivement avec des techniques strobistes mais curieux par nature,

 je suis ouvert à d’autres techniques également. J’apprécie particulièrement tirer le portrait de groupes ou d’artistes en tous genres.

Depuis combien de temps fais-tu de la photo ?

J’ai toujours aimé prendre des photos avec mon compact mais sans trop m’en rendre compte. Pourtant, en 2008 j’avais envie de me faire plaisir avec mon premier salaire, je me suis alors payé mon premier Reflex numérique (un canon 450D). Si à la base mon but était de prendre de belles photos souvenirs, petit à petit la photo s’est transformée en véritable passion.

Comment définirais-tu ton travail ?

A mon avis il doit y avoir un décalage entre ce que je souhaite que mon travail représente et ce qu’il représente d’un regard extérieur. Je pense que mes influences définissent pas mal mon travail et mon style. Déjà, je suis très attentif à la photographie dans les films. Des films léchés comme «Drive» par exemple, m’inspirent énormément. La musique m’influence également beaucoup. Même s’il ne s’agit pas d’un art visuel il y a clairement un style qui gravite autour. J’écoute notamment pas mal de «metalcore». Les univers des groupes du genre sont clairement emplis d’un côté un peu «dark» mais aussi «street». Je pense que cela se ressent aussi dans mon travail. J’évite à tout prix de trop tomber dans les clichés et le kitch. J’espère !

As-tu commencé par l’argentique ou le numérique ?

Numérique définitivement ! Je ne pourrais pas travailler en argentique, cela ne correspond pas du tout à ma façon de travailler. J’ai besoin de voir tout de suite le résultat de mon image et de la peaufiner petit à petit. Je dois pouvoir tout contrôler dès la prise de vue.

Quels sont les photographes qui t’inspirent ?

Déjà LE photographe que j’adore c’est Joey L. qui est devenu rapidement une star dans le monde de la photo. Une espèce de jeune prodige… J’adore son univers, ses lumières, son style… Petit clin d’œil : il a aussi commencé en photographiant des groupes de metalcore. Sinon je suis aussi assez fan du storytelling des images du franco-canadien Benoit Paillé. Bien que cela ne se ressente pas énormément dans mon travail, j’adore les travaux de portraits féminins de «I must be dead» et Ryan Doco deux photographes américains doués dans leur manière de gérer la couleur. Je louche aussi régulièrement sur le travail de Tom Barnes et Michael Muller. Une source d’inspiration très importante pour moi également c’est Pinterest où je passe chaque jour pas mal de temps (trop).

Travailles-tu au flash, par exemple ?

Oui je travaille exclusivement au flash déporté. Par contre, j’utilise la lumière naturelle comme fill-light assez régulièrement ;-).

collaboration

 

FST handwear

x

Quentin De Meuter

Au-delà d’être flatté qu’une marque ait envie de bosser avec moi, j’ai tout de suite trouvé «ludique» de pouvoir jouer avec des gants.

collaboration

 

FST handwear

x

Quentin De Meuter

Avant que nous prenions contact est-ce que tu connaissais FST, en avais-tu entendu parler ou avais tu déjà vu les produits ?

C’est grave si je réponds non ? Ah mais en fait oui, je connaissais FST puisque j’avais «liké» l’une des photos de Simon sur Behance ;-).

Lorsque nous t’avons proposé de participer à une collaboration collective, qu’est-ce qui t’a motivé à y participer ?

Participer à une expérience collective c’est toujours motivant je trouve. Et je dois avouer que l’univers de la marque me parlait pas mal. 

Quelle a été ton approche sur ce travail ? Est-ce que tu voulais que le produit soit central ou au contraire qu’il soit un accessoire dans l’image ?

Je ne voulais clairement pas tomber dans la photo de mode, style catalogue H&M où je ferais poser simplement un modèle avec un gant. Bien que je sois capable de livrer ce genre d’image, je voulais jouer davantage avec le produit et profiter de la carte blanche qu’on m’a accordée. J’ai donc décidé de raconter plusieurs histoires où il était logique que le modèle porte des gants (en dehors du froid). Très vite les situations me sont venues en tête et j’ai décidé de pousser le bouchon un peu plus loin en transposant mes sujets dans des situations cinématographiques.

As-tu aimé travailler avec un produit comme le gant ? Est-ce que c’est un accessoire que tu aimerais plus intégrer dans ton travail à l’avenir ?

La créativité c’est utiliser une contrainte comme force. Le fait de devoir bosser avec des gants m’a amené a raconter une histoire et a impliqué tout le reste du travail. Le gant a été le point de départ de tout le concept. En fait, avoir cette contrainte m’a probablement facilité la tâche. J’ai trouvé cela ludique !

Bien sûr, mon carnet de commandes est ouvert à toute marque de gants qui souhaite collaborer lol. J’ai aussi offert à Aurore, la styliste avec qui je collabore régulièrement, quelques paires de gants FST, il n’est donc pas impossible qu’on en voit de nouveau dans mes images.

J’imagine que maintenant tu vas en porter tout l’hiver. Quel est le modèle que tu préfères ?

Evidemment! Plus sérieusement, je pense que ce type de gants est particulièrement recommandé pour les photographes. Il m’est arrivé quelques fois de devoir travailler par grand froid et franchement c’est un calvaire. Mains nues, on a vite envie de ranger son appareil histoire de se sauver de la gangrène. Avec des gants, on ne retrouve plus aucun bouton de réglage sur son boitier.

Les gants FST étant fins et confortables, ils conviennent parfaitement pour le travail photo en extérieur par grand froid. J’ai un petit faible pour le modèle «black», j’aime les choses simples en matière d’habillement personnel ;-).

J’ai le droit de caser quelques remerciements ? Le photographe n’est qu’un élément de l’équipe, je ne voudrais pas m’approprier tout le crédit du résultat . J’ai vraiment été touché par la motivation sur ce projet de l’ensemble de l’équipe, ils méritent tous un.

Glissez pour voir plus

Big-up

Modèles                                         

Laure Ma, 

Elodie Hosselet, 

Justine Ciccia, 

Jissé Guiot (chanteur de We Came Bearing Arms), 

Nabil Sanaullah (chanteur de Now, voyager)

Styliste – Fashion designer

Aurore Dinaux 

Make-up

Caroline Kuhne

Assistant photo

Olivier Zoll

Armes air-soft

Michael de Pimp my gear

Sans oublier, Seb, Marc, Thomas et Wendy pour leur aide et soutien.

Écrit par fsthandwear

Basé à Grenoble, ancienne capitale de la ganterie de luxe, FST HANDWEAR perpétue depuis dix ans la tradition avec ses produits décalés. Notre souhait est de permettre à chacun d’exprimer sa personnalité à travers des gants colorés, originaux et uniques. Confectionnés avec une maille respirante en microfibre, ces gants garantissent solidité, confort et surtout protection thermique. FST réinvente le gant pour vous faire passer un hiver tout en couleur.

Articles similaires

Articles

Votre panier